Auteur 1 : ELKHALFI Oussama
Auteur 2 : CHAABITA Rachid
Auteur 3 : GUEMIMI Chafik


Mots clés :

L’écart salarial, La méthode de décomposition d’Oaxaca et Blinder, Le marché
d’emploi


Résumé:

La majorité des études et des analyses menées en termes discrimination de genre sur le marché
du travail aboutissent que les hommes et les femmes ne sont constamment pas domiciliées à la
même enseigne. La présente étude s’est interrogée sur l’écart salarial entre les hommes et les
femmes au Maroc, mais cette fois exclusivement au niveau des diplômés de l’enseignement
supérieur à savoir comment leurs aptitudes sont appréciées sur le marché d’emploi. Dont
l’objectif principal est de savoir s’il existe des effets discriminatoires au niveau des
compétences élevées. À partir d’une base récente de données provienne de l’enquête nationale
d’emploi en 2018. Il a été conclu que l’écart de salaire entre les hommes et les femmes
diplômées au Maroc s’était réduit dans le public, mais considérablement dans le privé. Nous
avons utilisé la méthode de décomposition d’Oaxaca et Blinder. L’estimation a révélée que les
femmes diplômées sont rémunérées de 19.45 % moins que les hommes diplômés de 36.95 %
inexpliqué. Ce taux traduit ainsi la discrimination à l’égard des femmes même s’elles disposent
un stock de capital humain élevé. Par ailleurs, les différences des caractéristiques expliquent
quant à elles, la présence de -17,50 % indiquant ainsi que l’écart opère en faveur des femmes.
Nous conclusion que les femmes diplômées subissent une sous-estimation de leurs compétences
sur le marché d’emploi.




Publié

01/03/2021

Vol. 3 No 4 (2021)

Rubrique

Articles