Auteur : EL ANSARI Younes


Mots clés :

code de travail, relations de travail, Zone grise d’emploi, CDD , CDI, Interim. Abstract


Résumé:

Dans le contexte marocain, depuis l’avènement en 2003 du nouveau code du travail, de nouvelles formes de relations de travail devaient émerger engendrant ainsi des nouvelles formes atypiques de contractualisation en dehors du traditionnel contrat à durée indéterminée (CDI). L’émergence de ces formes atypiques de travail, à la frontière de l’informel, constituent ce que les sociologues des organisations qualifiaient de « zone grise d’emploi » où des travailleurs sont fortement actifs malgré que leurs cadres de contractualisation renvoient plutôt vers un contrat de type à durée déterminée. Cet article vise à comprendre les dynamiques des relations de travail qui se sont recomposées dans une période située entre deux moments phares. Il s’agit des deux opérations d’élection des délégués de personnel organisées en 2009 et en 2015. A cet effet, nous avons exploité les bases de données officielles et nous avons pu dégager la conclusion que les nouvelles formes de travail au Maroc n’ont pas connu le développement à qui en s’attendait, à savoir la résurgence des CDD et un accroissement des nombres des contrats de travail sous la forme d’intérim, à la lumière de ce qui s’est passé dans les pays de Nord et du Sud. Au contraire, on se retrouve avec un schéma de consolidation de la CDI comme forme prédominante de contractualisation.




Publié

01/03/2021

Vol. 3 No 4 (2021)

Rubrique

Articles